Atelier 3 - Habiter la transition

Atelier 
"Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés"
Réseau ACDD "Approches Critiques du Développement Durable" /REHAL

 

Contacts : Jérôme Boissonade (jboisson@msh-paris.fr), Elisabeth Peyroux (elisabeth.peyroux@cnrs.fr)

    

Cet atelier se donne pour objet d’étude la « transition ». Nous souhaitons analyser la rhétorique qui l’entoure et les pratiques qui y sont associées en confrontant ce mot d’ordre aux expériences des acteurs et des populations, notamment celles liées à l’habiter au sens large. Cette mise à l’épreuve par l’habiter pourra se déployer sur de nombreux terrains, y compris dans une perspective comparée à l’échelle européenne et au-delà (en incluant notamment des villes du Sud).

 

Cet atelier vise tout d’abord l’établissement d’une cartographie des différentes conceptions qui sont en circulation, le repérage des acteurs qui s’approprient ou sont liés à ces conceptions et l’analyse des processus qui traversent les situations et les milieux concernés. Il abordera ensuite la question centrale du sacrifice et des inégalités face à ce sacrifice (groupes sociaux vulnérables, petites entreprises, territoires défavorisés, etc.), puis celle des collectifs susceptibles d’être mobilisés ou sommés de le faire par les injonctions à la « transition », et enfin, le type de capacités d’agir que cela produit (répertoire d’action collective, etc.) et des obstacles ou difficultés que les différents acteurs rencontrent. Cet atelier croise donc les enjeux de connaissance et les enjeux politiques liés à la « transition », par le biais des pratiques de l’habiter et des moyens de les connaître.

                                                           ____________________

 

Prochaine séance :

 

Mercredi 13 septembre 2017

Possibles sociotechniques, construction des futurs et sens de la transition

Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)

20 rue Berbier-du-Mets 75013 Paris

Coordinateurs de la séance et discutants : Yannick Rumpala et Jérôme Boissonade

Avec Francis Chateauraynaud, Sébastien Treyer et Bernard Hubert.

Les « makerspaces » ou la fab city inscrivent leur action et leurs "aspirations transformatrices" dans des perspectives et des futurs qui leur donnent sens. Il s'agit lors de cette séance d'interroger la dimension transitionnelle de ces perspectives et "l'habitabilité" de ces pratiques en termes d'accessibilité, de projétation de l'action, etc.

                                                           ______________________

Jeudi 18 mai 2017

Mener l’enquête de l’habitabilité

Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets 75013 Paris
Coordonnateurs de la séance : Rémy Eliçabe et Jérome Boissonade

Depuis la mise en œuvre des premiers quartiers durables en Europe, la problématique de l'habiter est au centre de l'attention des aménageurs et des décideurs. La question qui se pose à eux est celle de savoir comment accompagner les habitants à la transition écologique et énergétique et, par-là, comment assurer l'appropriation par ces habitants de nouveaux modes de vie durables ? La recherche en sciences sociales est donc sollicitée pour suivre les transformations sur l'habiter qu’entraîne l'expérimentation de nouvelles techniques de construction et comprendre les éventuels problèmes qui se posent au fil de leur implantation. Mais une demande sociale importante lui est aussi adressée à l'échelle plus large de la mutation de l'urbanité et de la ville dans son ensemble, une demande que l'on pourrait formuler de la manière suivante : comment habiter la ville durable ?

La thématique de l'habiter est donc arrivée en force dans la littérature avec les premiers états des lieux qui prennent en compte les usagers et les habitants des écoquartiers français. Cette thématique est véritablement prise en charge par une génération de jeunes chercheurs (par exemple V. Renauld, F. Valegeas, Z. Hagel, H. Subrémon) qui est la première à poser la question de l'habiter dans la ville durable à l'épreuve de ses réalisations concrètes, sans discréditer par avance le discours des habitants et en prenant au sérieux leurs pratiques. Des parties entières de ces thèses sont consacrées à l'appréhension réflexive des habitants quant aux nouveaux dispositifs et aménagements durables, ou à leurs consommations énergétiques. Inspirées par les travaux de M. De Certeau sur les ruses de la vie quotidienne et les arts de faire des usages (arts des faibles, art du braconnage) et la sociologie pragmatique, ces recherches donnent à voir des habitants inventifs, bricoleurs, débrouillards, compétents pour résoudre toutes sortes de problèmes, agissant à des échelles multiples et de manière coordonnée.

On ne peut que se réjouir de la publication de ces travaux, qui permettent de commencer à re-symétriser une recherche qui avait tendance à n'éclairer le phénomène du développement urbain durable que depuis l'angle de sa gouvernance et de son déploiement technique et à ne considérer les habitants que comme des freins à ce développement. Mais si l'ensemble de ces travaux mettent en valeur ceux qui sont au centre de ces transformations de la ville, les habitants des écoquartiers et autres quartiers durables, avec toutes les compétences dont ils sont dotés, de nombreuses questions restent ouvertes : quel sens les habitants donnent-ils aux nombreux dysfonctionnements techniques rencontrés dans ces nouveaux écoquartiers ? Et de là, quelles continuités ou discontinuités peut-on repérer entre aménageurs et techniciens d'un côté et habitants de l'autre ? Quelles échelles de l'habiter sont prises en compte dans ces enquêtes ? Quelles pratiques de la ville, autres que purement domestiques d'une part ou adaptatives d'autre part, sont mises en valeur ? Quelle place est donnée non plus seulement à l'inventivité des habitants mais à leur capacité analytique, à leur capacité à problématiser la ville durable ?

Cette séance aura pour objectif de faire le point sur les méthodes autant que sur les résultats de ces enquêtes récentes sur l'habiter durable. Nous nous demanderons donc autant comment mener l'enquête sur l'habitabilité que ce que ces enquêtes nous apprennent de neuf sur les capacités des habitants à problématiser et agir dans ce contexte de transition écologique des villes. Deux des exposés auront directement à charge de présenter des enquêtes menées auprès d'habitants de grands écoquartiers fraîchement livrés (Ludovic Morand et le GRAC), un exposé se demandera comment enquêter pour rendre compte des pratiques énergétiques des habitants (Hélène Subrémon), un dernier exposé ouvrira le champ de questionnement au moyen d'une enquête collective et multisituée sur des pratiques d'agriculture urbaines initiées par des habitants (Bénédikte Zitouni, Alexis Zimmer et Chloé Deligne).

Mardi 4 avril 2017, 9h30-16h30

Laboratoire Population Environnement Développement (Espace Fernand Pouillon) Aix-Marseille Université, Centre St Charles, case 10, 3 place Victor Hugo, Marseille
Entrée libre, sur inscription (auprès de francois.valegeas@univ-amu.fr) avant le 24 mars
 

Coordinateurs de la séance et discutants : Hélène Reigner et Farnçois Valegeas

La rhétorique de la « transition » propose un devenir commun, désirable, mais finalement peu défini. Au nom de ce devenir, la transition est présentée comme nécessaire et légitime, bien que s’appuyant souvent sur des présupposés et outils normatifs peu débattus. Pourtant, ces démarches transforment les responsabilités, renvoyant souvent la charge morale de la transition aux individus. Ce faisant, le cadrage des enjeux de la transition, réduit à une affaire de bons comportements individuels, peut être source de mécanismes inquiétants. De même, des outils opérationnels et juridiques, tels que les « trames vertes et bleues » ou les « mobilités douces » (lois Grenelle) sont supposés engager les politiques publiques dans des formes de transition écologique, mais se trouvent en tension avec des logiques contradictoires, et se réduisent souvent à des effets vitrines limités à certains espaces. L’hypothèse est ainsi faite que les démarches et les politiques en faveur de la transition tendent à exacerber les inégalités sociales et spatiales.

Les injonctions à la « transition » s’accompagnent de discours normatifs visant l’incitation, l’acceptation, l’adoption de « bonnes pratiques », qui seront dévoilées dans les diverses présentations. Les démarches et politiques de transition peuvent ainsi être considérées comme des sacrifices, auxquels tous les groupes sociaux ne font pas face de la même manière (groupes sociaux vulnérables, petites entreprises, territoires défavorisés, etc.). Les dispositions, capacités d’appropriation ou de détournement des dispositifs de la transition ne sont en effet pas également distribués, aussi bien selon les groupes sociaux que selon les territoires concernés.

Cette séance s’intéressera donc aux liens entre les démarches et politiques de « transition » et la question des inégalités, mis à l’épreuve par les pratiques de l’habiter. Les interventions permettront d’aborder différentes modalités de transition telles qu’elles sont revendiquées et mises en œuvre, de questionner leur prise en compte des inégalités (sociales et spatiales) ou encore d’analyser les formes d’inégalités et d’injustices (par exemple environnementales) créées par ces démarches.

Cette séance s’appuiera principalement sur des exemples pris dans le quart sud-est de la France, en montrant les spécificités de ce contexte territorial et politique, notamment sur les caractéristiques des promoteurs de cette « transition » ou sur les modalités de sa mise en œuvre.

> Programme

 

>>Les enregistrements de la première journée de l'atelier
"Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés", qui a eu lieu le 21 février et intitulée
"Le mouvement des “villes en transition” : genèse, contours et pratiques"
sont en ligne sur le site du réseau "Approches Critiques du Développement Durable"

 

 

>> Première journée de l'atelier "Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés" 21 février 2017- Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets 75013 Paris

La première séance sera consacrée aux pratiques liées au Mouvement des villes en transition. La rhétorique de la « transition » circule au sein de différents milieux (militants, institutionnels, professionnels, politiques, scientifiques). Sous ses abords consensuels, elle recouvre des acceptations et des usages très différents. La première séance de cet atelier se propose d’analyser les discours qui entourent le mouvement des « villes en transition » et les pratiques qui y sont associées en les confrontant aux expériences des acteurs et des populations. Elle s’attachera à la généalogie de cette notion, sa naissance, son déploiement, ses usages et ses appropriations dans différents contextes géographiques. Elle s’interrogera  sur les différentes grilles de lecture de ce mouvement et les enjeux auxquels il est confronté.

Première journée de l’atelier
HABITER LA TRANSITION. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés

Cycle Écologie des pratiques et place des collectifs

Le mouvement des “villes en transition” : genèse, contours et pratiques

 

 

 

Coordinateurs de la séance : Elisabeth Peyroux1 et Antoine Lagneau2

La rhétorique de la « transition » circule au sein de différents milieux (militants, institutionnels, professionnels, politiques, scientifiques). Sous ses abords consensuels, elle recouvre des acceptations et des usages très différents. La première séance de cet atelier se propose d’analyser les discours qui entourent le mouvement des « villes en transition » et les pratiques qui y sont associées en les confrontant aux expériences des acteurs et des populations. Elle s’attachera à la généalogie de cette notion, sa naissance, son déploiement, ses usages et ses appropriations dans différents contextes géographiques. Elle s’interrogera  sur les différentes grilles de lecture de ce mouvement et les enjeux auxquels il est confronté.

Matinée (10h - 12h30) :

  • Luc Semal3 : « Pic pétrolier et résilience: la part catastrophiste des Transition towns »
  • David Delsart4 : « Transitions locales et citoyennes en France et en Grande Bretagne : retours d'expériences et mises en perspective »

Discutante : Anahita Grisoni5

Après-midi (13h30 - 16h) :

  • Clara Breteau6 : « Transition, décroissance et discours sur l’écologie » (sous réserves)
  • Antoigne Lagneau : « Le mouvement des villes en transition, doit il construire son projet politique ou laisser la politique partidaire le récupérer ? »

Discutante : Élisabeth Peyroux

 

                                                                    _______________________

Archives de l'atelier "Développement durable et acceptabilité sociale" :

Mettre à l'épreuve l'acceptabilité sociale
Séance spéciale à l'occasion du Forum des 25 ans du Réseau REHAL
et en partenariat avec la revue Vertigo
Attention : inscription obligatoire sur le site du Forum

Mercredi 8 juin
Coordinateur de la séance : Jérôme Boissonade
avec Taoufik Souami, Cécilia Claeys et Benoit Granier
Détails de la séance et plan d'accès
 

Le développement durable à l’épreuve de la société du risque
Mercredi 22 juin
Coordinateur de la séance : Jacques Lolive
avec Cintia Okamura, Francis Chateauraynaud, Bruno Villalba et Joëlle Zask

  (l'assemblée générale du réseau ACDD aura lieu à cette occasion)
Détails de la séance et plan d'accès
 
 

Urgence environnementale et acceptabilité sociale
Mardi 19 avril
Coordinateur de la séance : Bruno Villalba
avec Hicham-Stéphane Afeissa, Edouard Jolly, Alain Kaufmann et Raphaël Stevens
Le développement durable, norme sociale ou projet politique ?
Lundi 14 mars
Coordinateur de la séance : Jacques Lévy
avec Joëlle Salomon Cavin, Stefan Aykut et Martine Tabeaud
Détails de la séance (avec présentations ppt et enregistrements audio)

 

Les enregistrements des séances précédentes (avec leurs présentations ppt ou documents attenants), sont disponibles.

Tous les détails sont sur le site du réseau "Approches critiques du Développement Durable" (ACDD) :

http://www.reseaucritiquesdeveloppementdurable.fr/tag/reseau-acdd

 

Archives Programmes--------------------------------------------------------------------------------

  • Programme 2013-2014 de l'atelier thématique commun au Rehal et au Réseau  "Approches critiques du développement durable" (ACDD) (programme et accès)
  • Programme atelier ACDD 2014-2015 (cliquer)

 

Archives séances--------------------------------------------------------------------------------

 26 mai 2015 : Neuvième journée de l'atelier

Responsables de la séance : Rémi Barbier et Denis Salles

> Affiche atelier

> Programme

> Plus de détails sur : http://www.reseaucritiquesdeveloppementdurable.fr/atelier-developpement-...

 

- Séance du jeudi 11 décembre 2014 de 10h30 à 16h30  sur le thème "Recherche appliquée en SHS et acceptabilité du développement durable" (flyer)

Responsable de la séance : Gaëtan Brisepierre

UNIVERSITE PANTHEON- SORBONNE - Place de la Sorbonne 75005 Paris

Voir le site du réseau AC/DD <http://www.reseaucritiquesdeveloppementdurable.fr/atelier-developpement-durable-et-acceptabilite-sociale/11-decembre-2014-recherche-appliquee-en-shs-acceptabilite-du-developpement-durable>

 

- Séance du vendredi 17 octobre 2014 (programme)

 Les enregistrements audios de la séance "L’Art  au défi de l’écologie. L'esthétique et le design chahutés par la question environnementale" sont en ligne (ici <http://www.reseaucritiquesdeveloppementdurable.fr/atelier-developpement-durable-et-acceptabilite-sociale/17-octobre-2014-lart-au-defi-lecologie> ).  
 

- Séminaire du 5 juin 2014 (programme)

 

- Séance du mardi 8 avril 2014  -    10h - 17h  (programme)

Institut des Sciences et de la communication du CNRS - 20 rue Berbier-du-Mets  75013 PARIS

 

- Séance du 18 novembre 2013  "Innovation et développement durable : entre injonctions et pratiques"

Responsable de la séance : Aurélie Tricoire

Ecole d’architecture Paris-Val de Seine - 3/15 Quai Panhard et Levassor 75013 Paris

 

- Programme 2012 de l'atelier thématique commun au Rehal et au Réseau  "Approches critiques du développement durable" (AC/DD) (cliquer ici)

 

- séance du Vendredi 12 avril 2013 - 10h30-13h et 14h-16h30 Recherche et “Acceptabilité sociale” de la durabilité (programme et accès)

Responsables de la séance : Jérôme Boissonade, Anne-Sarah Socié
Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Val de Seine

- atelier du 15 février 2013 – 10h30-16h30 - Séance  « Innovations et comportements »    (programme)